Le Luxembourg, paradis sans impôt ?

Aaah, les idées reçues… On adore ça chez Génération Crédit Luxembourg. Pourquoi ? Parce ce qu’elles traduisent et véhiculent tour à tour : une certaine vérité, une information fort pertinente avant que cette dernière ne soit erronée, ou déformée, ou encore un malentendu risible qui perdure sans qu’on ne sache vraiment pourquoi. Et parce que certaines de ces idées reçues sur la fiscalité luxembourgeoise ont vraiment la peau dure chez nos voisins Français et parfois même, parmi les résidents Luxembourgeois fraîchement débarqués, on a décidé de consacrer un mini-article à l’absence miraculeuse d’impôt dans notre beau pays ou rien ne coûte rien et où l’argent tombe du ciel.



Les Luxembourgeois ne paient pas d’impôt


Si le Luxembourg, est un paradis fiscal, pardon, il ne l’est malheureusement (ou plutôt heureusement) pas pour le commun des mortels qui appliquent la loi, et surtout pas pour ses résidents… On y paye, comme ailleurs, l’impôt sur le revenu des personnes physiques. La « retenue à la source » mise en place en 1967, est calculée en fonction d’un barème fiscal –certes, parmi les plus progressifs et objectivement justes d’Europe- comportant 23 tranches, allant jusqu’à 42 % d’imposition pour les revenus supérieurs à 200 004 €. La tranche 21 (40% d’imposition pour la tranche de revenu comprise entre 100 002 et 150 000 €) concerne donc le « Luxembourgeois moyen » dont le revenu annuel brut s’élève à 62 169 €. Être imposé à 40 %, c’est-à-dire gagner 2072 € par mois quand le loyer moyen pour un appartement est de 1616 €, c’est ça le paradis ?


Du reste, voilà entre autres arguments imparables, la raison pour laquelle plus de 70 % des résidents du Grand-Duché de Luxembourg sont propriétaires de leur logement, grâce à des taux d’endettement et des durées de crédits bien supérieurs à ceux pratiqués chez leurs voisins européens. Un marché immobilier compliqué mais porteur, cher mais dynamique, en plein essor, mêlé à une véritable crise du logement… Loin d’être l’enfer, mais à 1000 lieues du paradis fiscal pour nombre d’investisseurs vaillants. Investisseurs vaillants dont une partie –et nous sommes fiers de pouvoir le souligner- a fait appel à votre humble courtier en crédit immobilier pour financer son projet au meilleur taux et accéder à la propriété tant désirée.


Au Luxembourg, les entreprises ne paient pas d’impôt


L'impôt sur le revenu des collectivités, résidentes et non résidentes, est de 15 % lorsque le revenu imposable ne dépasse pas 175 000 € ; de 26 250 € + 31 % du revenu dépassant 175 000 € lorsque le revenu imposable est compris entre 175 000 € et 200 001 € ; de 17 % lorsque le revenu imposable dépasse 200 000 €. Si cela n’est pas très clair pour vous, ami lecteur, pour plus de précisions, on vous invite à faire un tour sur la page du guide administratif officiel du Grand-Duché relative à l’impôt sur le revenu des collectivités, qui existe bel et bien et que le gouvernement ne manque pas d’appliquer avec sérieux.


L’impôt foncier n’existe pas au Luxembourg


« Tout propriétaire d’un bien immobilier, d’un terrain agricole ou forestier, situé sur une commune du Grand-Duché de Luxembourg doit payer l’impôt foncier fixé par la commune. » Nous ne l’avons pas inventé, c’est la loi qui le dit. Le taux de cet impôt varie selon les communes, et a été, par exemple, multiplié par 20 en juin dernier sur les terrains non bâtis de la commune de Diekirch afin d'inciter les propriétaires à créer des logements sur leurs terrains constructibles. Les taux des différentes communes, après approbation grand-ducale, sont publiés chaque année au Mémorial, le journal officiel du Luxembourg. Qui a dit qu’on ne payait pas de taxe foncière au Luxembourg ?


Alors oui, le Luxembourg est plus avantageux que bien d’autres pays européens en matière d’imposition. Mais cela ne signifie pas pour autant qu’il est un paradis fiscal pour les entreprises, ni pour ses résidents. Comment qualifierait-on alors les pays voisins plus agressifs en matière d’imposition ? Des enfers fiscaux ? Allons bon.