2021, le moment d’investir au Luxembourg ?


La question est sur toutes les lèvres… Tout du moins, elle taraude nombre d’investisseurs ou futurs investisseurs immobiliers du Grand-Duché : suite à l’épisode Covid-19, qui semble ne pas vouloir en finir, le marché immobilier luxembourgeois va-t-il s’effondrer ? Les prix vont-ils s’immobiliser, flamber ou dégringoler ? Et ce, à cause de la crise sanitaire ou à cause d’une augmentation fulgurante, forcément vouée à une chute non moins brutale ? Les suppositions vont bon train, parmi les résidents luxembourgeois, et il convenait pour Génération Crédit Luxembourg de faire un petit point réaliste sur ce que le marché risque de réserver aux emprunteurs dans un futur proche. À nous deux, 2021 !


Mon bien immobilier va-t-il perdre de sa valeur ?


C’est un fait, le Coronavirus, à défaut de paralyser complètement l’activité économique du pays, plonge le Grand-Duché de Luxembourg comme le reste du monde dans une sorte de quotidien professionnel ralenti. Ralentissement particulièrement palpable lorsqu’il concerne un secteur aussi dynamique et vivant, habituellement, que le marché immobilier : rencontres, visites, poignées de mains, signatures de contrats et verres levés à la réussite d’un projet sont monnaie courante pour les agents et courtiers immobiliers en qui des centaines d’investisseurs font confiance chaque jour.


Mais, pour jouer les esprits chagrins, lorsque les transactions deviennent problématiques, les visites « dangereuses », les chantiers incertains et les prêts hypothécaires toujours plus sélectifs, bref, lorsque l’immobilier est dans ses petits souliers, l’investisseur, hier fort satisfait de son premier achat ou de son nouvel investissement locatif, peut légitiment se poser cette question : mon bien immobilier va-t-il perdre de sa valeur ? Devrai-je un jour vendre à perte ? En d’autres termes, pour les futurs investisseurs, "est-ce risqué ?", "est-ce que ça vaut encore le coup d’investir au Luxembourg en 2021?"


Offre rare, demande intacte


Pour répondre pertinemment à cette question cruciale, gardons la tête froide : d’une part, même si les moyens alternatifs mis en place par les agences de courtage immobilier, les banques et les promoteurs ne sont pas la solution à tous les problèmes du marché, les visites virtuelles et le télétravail permettent d’avancer, vaille que vaille, sur la plupart des dossiers, au rythme des mesures sanitaires imposées par le gouvernement (couvre-feu, confinement, déconfinement, etc.). 2021 n’aura sans doute rien d’un long fleuve tranquille, mais chacun se donnera assurément les moyens d’avancer, comme en 2020.


D’autre part, malgré des démarches et une propension considérablement freinés, du côté des acheteurs, à formuler des offres d’achat (et on les comprend, personne n’est prêt à investir dans un bien immobilier au Luxembourg sans l’avoir visité physiquement), la demande de logement et d’accès à la propriété demeure la même qu’avant le début de la crise sanitaire. Il est même raisonnable de penser, selon les statistiques, qu’elle augmentera encore en 2021. Pour les Luxembourgeois, la vie continue, et si les habitudes ont changé, le besoin de se loger dans les meilleures conditions va grandissant. Notez que cette demande conséquente d’accès à la propriété posait déjà problème avant l’arrivée du Coronavirus au Grand-Duché, qui vit une crise du logement sans précédent… Trop de demandes, pas assez d’offres ! Le prix des biens immobiliers ne risque donc pas de chuter de si tôt.


Risque de chute quasi nul pour les prix du marché immobilier


Depuis 2018, les prix du marché immobilier ont augmenté de 10 % par an. Notre petit doigt nous dit qu’ils ne sont pas prêts de s’arrêter en si bonne marche, tant l’offre se montre dramatiquement dérisoire par rapport à la demande. Tout au plus, l’on assistera, selon nos experts, à une stabilisation du marché. Non seulement l’offre sera supérieure à la demande, mais paradoxalement, ralentie dans sa pratique par les difficultés évoquées plus tôt, elle sera indubitablement dopée par la crise sanitaire : l’immobilier est une valeur refuge au Luxembourg. Valeur refuge qui risque fort d’augmenter, voire « d’exploser » lorsque la situation sanitaire sera revenue à la normale, la peur actuelle de voir baisser son pouvoir d’achat et sa capacité d’emprunt favorisant l’investissement immédiat. Pour faire simple, ce serait plutôt le moment d’investir, parce qu’à moyen terme, les prix vont potentiellement flamber (encore un peu plus, si si, c’est possible).


L’autre option envisageable, plus réjouissante encore pour les futurs acquéreurs, est une immobilisation des prix du marché, voire une légère baisse momentanée. Avant une reprise nette : toutes les crises sont cycliques et la demande devrait être, quoi qu’il advienne, supérieure à l’offre dans les mois -pour ne pas dire les années- qui viennent.

Augmentation des prix = exigence de garanties


Les banques luxembourgeoises, quant à elles, indépendamment des mesures déjà imposées par le gouvernement du Grand-Duché pour essayer d’atténuer la crise du logement, demanderont, c’est certain, toujours plus de garanties aux futurs acquéreurs… Gageons qu’elles pourraient également revoir leurs taux à la hausse. Certes, l’offre et la demande seraient, en quelque sorte, rééquilibrées par une sélection naturelle, mettant les plus petits emprunteurs en difficulté pour financer leurs projets… Mais c’est là sans compter sur les services d’un courtier immobilier expérimenté, à même de défendre avec savoir-faire le dossier d’un client de confiance. Précisément le travail de Génération Crédit Luxembourg, votre humble serviteur établi à Esch-sur-Alzette depuis 2016, et qui ne voit aucun effondrement du marché immobilier se profiler à l’horizon grand-ducal, mais quelques difficultés pour les acquéreurs qui tarderaient trop à investir sans être bien conseillés !